Un bonheur apparent

Publié le 21 nov 2016

Texte écrit dans le cadre des Rendez-vous littéraires sur le Chemin des Artisans rendus possibles grâce à l’entente de développement culturel du ministère de la Culture et des Communications avec la MRC des Appalaches et la Ville de Thetford Mines. 
Auteure : Danielle Dussault
Créateur du Chemin des Artisans : Hélène Laplante
dussault-laplante

Il pleut depuis des jours. Je vis enfermée dans ce studio avec un lot d’illusions que je viens d’emballer. J’ai tout mis dans une boîte : mes lettres, quelques photos éparpillées, les souvenirs d’un bonheur apparent, de menus objets dont la symbolique a perdu tout son sens.

Avec précaution, je referme la boîte dans laquelle j’ai aussi déposé ton sourire; le trop beau silence de notre amour. Je m’en vais. Je ne sais pas où. J’ai toujours su au fond qu’il y aurait cet espace entre nous après les événements.

La boîte tient dans mes bras comme le cadeau inespéré d’une vie qui aura été la mienne : une vie faite d’amoureux, venus hanter le pas de ma porte pour repartir ensuite en laissant la porte battre au vent.

La boîte est légère, il n’y a presque rien dedans : que du rêve; beaucoup de folie; un silence rempli de mots d’amour, de taches d’huile, du vent, beaucoup de vent.

Je marche dans la rue parmi les femmes belles, celles que l’on invite aux terrasses, dans les cafés, ces femmes qui ne parlent pas, qui écoutent les hommes d’affaires, en vestons cravates, occupés à redonner au monde une cohérence; elles ont aussi leur boîte, remplie d’un peu immense.

Sur un banc, je dépose tous mes souvenirs qui sont enfermés dans cette boîte. Quelqu’un l’ouvrira et les souvenirs disparaîtront, les visages aussi, ils iront rejoindre le grand courant de la Rivière des Abénaquis; mon pays, le seul pays qui m’ait jamais vraiment portée.

Il pleut, je marche en m’éloignant de la mémoire de toi qui se trouve dans la boîte avec Dieu dedans. Une boîte détrempée, fragile, presque touchante tellement elle est remplie de mon humanité, de ma folie à t’aimer au-delà des frontières, de l’espace et du temps.

Il pleut très fort à présent et la pluie s’abat sur les chaises métalliques des terrasses désertées.

 

Share This